Librairie Pierre Saunier

Le Dernier HommeLe Dernier Homme Le Dernier HommeLe Dernier Homme

Grainville (Jean-Baptiste Cousin de).
Le Dernier Homme. Seconde édition, publiée par Charles Nodier.

Paris, Ferra & Deterville, 1811 ; in-12, 2 tomes reliés en un, plein veau havane, encadrements dorés sur les plats, dos lisse orné, filets dorés, pièces de titres (2) en maroquin vert, entièrement non rogné (reliure d'époque). XII, 200, 2 ff., 175 pp.

1 200 euros.

Cette seconde édition est en fait l’édition originale publiée en 1805, peu de temps après la mort de Grainville, par Bernardin de Saint-Pierre – quarante exemplaires seulement avaient été vendus – remise en vente avec une importante préface de Charles Nodier.

Le Dernier Homme est une des pierres miliaires de la conjecture – voyez à ce sujet le dithyrambe de Versins qui en révèle et commente toutes les beautés (Encyclopédie de l’Utopie et de la Science-fiction) ou Raymond Queneau qui lui rend un hommage appuyé dans ses Enfants du Limon.

Dans l’épopée comme dans la vie, Cousin de Grainville fut toujours préoccupé de la fin du Monde. Au commencement de la Révolution, il sera l’un des premiers prêtres constitutionnels – marié en 1793. Il reprit la soutane noire sous le Consulat, mais, haï par ses confrères à cause de ses frasques révolutionnaires, il dut s’éclipser de la société. Accablé de dégoûts et d’infortunes, Grainville se jeta dans le canal de la Somme qui coulait au pied de son jardin.