Librairie Pierre Saunier

Dedalus. Portrait de l'artiste jeune par lui-mêmeDedalus. Portrait de l'artiste jeune par lui-même

Joyce (James).
Dedalus. Portrait de l'artiste jeune par lui-même. Roman traduit de l'anglais par Ludmila Savitzki.

Paris, Éditions de la Sirène, 1924 ; in-8, demi-veau bleu nuit à la bradel, dos à faux nerfs, couverture (reliure d'époque). 274 pp., 2 ff.

5 000 euros.

Édition originale française. Précieux exemplaire signé, daté et localisé, par James Joyce à Feldkirch, Autriche, à la date du 18 août 1932.

Bien que son nom n'apparaisse pas, Joyce a signé cet exemplaire pour Eugène Jolas. En effet, durant l’été 1932, ce dernier est en villégiature à Feldkirch, ville autrichienne près de la frontière suisse. Le 18 août 1932, précisément, James Joyce, qui voyage alors en Suisse pour des opérations des yeux et des traitements pour sa fille Lucia atteinte de schizophrénie, lui a rendu visite.

Écrivain et critique littéraire franco-américain natif d’Union City dans le New Jersey mais dont la famille vint résider à Forbach, en Lorraine, alors qu’il avait deux ans, Eugène Jolas, qui écrit principalement en anglais, partagea sa vie d’adulte entre les États-Unis et la France où il fonda avec sa femme Maria Mc Donald et Elliot Paul, en 1927, la revue Transition, une revue littéraire alors très influente. Ami proche de James Joyce qu’il rencontra à Paris, Eugène Jolas devait jouer un rôle majeur pour l’écrivain irlandais qu’il encouragea et soutint de façon indéfectible, lui assurant même le gîte et le couvert durant ses années parisiennes – d’ailleurs, dès 1923, Jolas fut un des premiers ardents défenseurs de Work in Progress dont il fera paraître pendant plus de 15 ans de nombreux fragments dans sa revue Transition avant leur publication complète sous le titre de Finnegans Wake, en 1939.

Mention abusive de troisième édition, l’achevé d’imprimer est bien au 22 mars 1924.