Librairie Pierre Saunier

Quand on eut fermé les volets...Quand on eut fermé les volets... Quand on eut fermé les volets...Quand on eut fermé les volets... Quand on eut fermé les volets...Quand on eut fermé les volets... Quand on eut fermé les volets...Quand on eut fermé les volets...

Dumont (Maurice).
Quand on eut fermé les volets....

Paris, Hessèle, marchand d'estampes - imprimerie Lasnier, 1898 ; plaquette in-12, reliure souple à la bradel, papier feuilles de haricots, non rogné, couverture conservée (AlidorGoy). 29 pp., 1 f. (A. I.) – non comprise la gravure.

1 200 €

Édition originale – eau-forte de Maurice Dumont en frontispice.

Un des 150 exemplaires signés et numérotés sur vélin par l’auteur – seul tirage avec 10 Chine.

Dumont est davantage reconnu comme illustrateur, peintre-graveur ou éditeur d’une somptueuse publication d’estampes de la fin du XIXeme siècle, L’Épreuve, que comme poète. Pourtant, il débuta et termina sa courte existence par deux petites plaquettes de vers devenues introuvables : Les Chimérales, 20 exemplaires, en 1893, et ce confidentiel Quand on eut fermé les volets… cinq ans après.

Enfant terrible d’Avranches, Maurice Dumont y publia dans sa jeunesse une revuette ravageuse – l’Art libre – autographiée et illustrée sur un vilain papier, le cauchemar de la bourgeoisie locale durant ses trois mois d’existence : Poussez, heurtez, bousculez, tonnez, aplatissez, écrasez, broyez, pulvérisez ces grotesques bipèdes et sur leurs ruines déchiquetées et désossées, plantez le drapeau de l’originalité et de la liberté. Ses clameurs devaient atteindre Le Courier Français qui invita le petit confrère à rejoindre Paris – nanti d’une bourse, Dumont fut aussitôt expédié parfaire son éducation aux Beaux-Arts.

En décembre 1894 commença la parution de L’Épreuve, portefeuille d’estampes et de littérature tiré à 215 exemplaires. Dumont en est l’initiateur, l’éditeur et souvent l’imprimeur, assurant les tirages avec parfois des procédés inédits. A défaut de souscripteurs, L’Épreuve attira d’intéressants collaborateurs, écrivains et artistes parmi les plus représentatifs des courants d’arts de son temps – collaborateurs qui contribuent aujourd’hui à sa renommée : Carrière, Maurice Denis, Legrand, Danguy, Jossot, Puvis de Chavannes, Fantin-Latour, Helleu, Rops, Paul Gauguin, Sérusier, Crebassa, Vuillard, Maillol, Buhot, Van Rysselberghe, Pierre Bonnard, Guérard, Delcourt, Mouclier… Pour son premier numéro, Gustave Le Rouge avait même obtenu un sonnet inédit de Mallarmé, Petit air, qu’illustra Maurice Denis.

En mars 1896, avec la même exigence, Dumont fonda Le Livre d’Art plébiscité par Jarry pour la première et intégrale apparition publique d’Ubu Roi.

Dumont épousa in extremis sa compagne à l’agonie – ils venaient juste de perdre leur fillette. Après cet écroulement général, l'Imperator s’en revint sans éclats au Courrier français puis à Avranches où, quelques jours avant de disparaître, il publia ce second et dernier recueil, bref, déchirant et pathétique, Quand on eut fermé les volets…

Cachet humide de la collection Marcel Bekus.

Couverture piquée.