Librairie Pierre Saunier

CertainsCertains CertainsCertains CertainsCertains CertainsCertains

Huysmans (Joris-Karl).
Certains. G. Moreau – Degas – Chéret – Whistler – Rops – Le Monstre – Le Fer, etc.

Paris, Tresse & Stock, 1889 ; in-12, demi-chagrin brun à nerfs, tête or, non rogné, couverture  (reliure d'époque). 230 pp.

4 500 euros.

Édition originale. Un des 10 exemplaires sur papier de Hollande, premier papier de tête avant 15 Japon.

Superbe envoi a. s. : A Alexis Orsat, ces quelques nausées sur le siècle, de son vieil ami JK Huysmans.

Alexis Orsat était proche de Georges Landry, de Léon Bloy qui l’appelait son tendre énergumène, mais aussi de Francois Coppée et de Joris-Karl Huysmans avec lesquels il mena sa carrière de fonctionnaire dans les Ministères, de l’Intérieur et de la Guerre. Chaque matin, à 10 heures, ils se retrouvaient à « La Petite Chaise », rue de Grenelle, pour consommer l’immuable collation qui précédait les six heures ininterrompues de copie quotidienne. Des soirs, parfois, ils trompaient de conserve leur vie de garçon dans des bouges moins austères. Landry, le sensuel, qui allait et venait entre alcôve et confessionnal, les rejoignait facilement.

Côté littéraire, Orsat se contenta simplement de publier La Salade dans une revuette bruxelloise en 1878. Ce n’est pas un vain titre de gloire car l’œuvre inspira à Huysmans le Poème en prose des viandes cuites au four, l’un des plus beaux textes des Croquis parisiens consacrés aux infortunes des célibataires gastralgiques entre deux âges, écartelés entre la crainte du mariage et le dégoût des fallacieux rosbifs et des illusoires gigots cuits au four des restaurants. Evidemment, ce poème est dédié à Orsat... Orsat qui inspira le personnage de Folantin d’A Vau-l’eau.

Bel exemplaire.