Librairie Pierre Saunier

Les derniers vers de Jules Laforgue. Des Fleurs de bonne volonté. Le Concile féerique. Derniers versLes derniers vers de Jules Laforgue. Des Fleurs de bonne volonté. Le Concile féerique. Derniers vers Les derniers vers de Jules Laforgue. Des Fleurs de bonne volonté. Le Concile féerique. Derniers versLes derniers vers de Jules Laforgue. Des Fleurs de bonne volonté. Le Concile féerique. Derniers vers Les derniers vers de Jules Laforgue. Des Fleurs de bonne volonté. Le Concile féerique. Derniers versLes derniers vers de Jules Laforgue. Des Fleurs de bonne volonté. Le Concile féerique. Derniers vers

Laforgue (Jules).
Les derniers vers de Jules Laforgue. Des Fleurs de bonne volonté. Le Concile féerique. Derniers vers. Édités avec toutes les variantes par MM. Édouard Dujardin et Félix Fénéon.

Paris, (imprimerie Deslis frères), 1890 ; in-8, broché. Chemise étui. (Ed.Klein). VIII & 301 pp.

3 500 €

Édition originale pour les derniers vers et les Fleurs de bonne volontéle Concile féérique ayant fait l'objet d'une publication par La Vogue en 1886.

Cette publication a été faite par souscription, par les soins et au compte de M. Édouard Dujardin, ex-directeur de La Revue indépendante, qui envoyait la copie à l’imprimerie en janvier 1890. La souscription, émise en février suivant, réunissait cinquante signatures, et l'impression de l’ouvrage était achevée en août de la même année. L’édition étant réservée à ses souscripteurs et n’étant pas mise dans le commerce, le tirage, numéroté à la presse, a strictement compris : 50 exemplaires (n°1 à 50) destinés aux souscripteurs ; 5 exemplaires (n°51 à 55) destinés à un parent de Jules Laforgue, aux éditeurs et à deux collaborateurs ; et 2 exemplaires (n°56 et 57) déposés suivant la loi (Justificatif de l’ouvrage)

Publication établie avec un soin, une conscience et une minutie qui en font un modèle d’édition critique et motivent une admiration unanime (Jean-Louis Debauve)

Exemplaire numéro 46 souscrit par Challemey (O.C. TII p. 131).

Bel exemplaire, tel que paru, sans rousseur.