Librairie Pierre Saunier

La Tragédie  du Nouveau ChristLa Tragédie  du Nouveau Christ La Tragédie  du Nouveau ChristLa Tragédie  du Nouveau Christ La Tragédie  du Nouveau ChristLa Tragédie  du Nouveau Christ La Tragédie  du Nouveau ChristLa Tragédie  du Nouveau Christ

Jarry (Alfred), Saint-Georges de Bouhélier.
La Tragédie du Nouveau Christ.

Paris, Charpentier Fasquelle, s.d. ; in-12, bradel demi-cuir de Russie rouge, dos lisse, non rogné, couverture et dos  (reliure d'époque). 287 pp.

3 500 euros.

Édition originale. Un des 15 Hollande, seul grand papier.

Relié avec le compte rendu manuscrit a. s. d’Alfred Jarry au sujet du livre (2 pp. in-12), publié dans La revue blanche du 1er mai 1901 :

Il y a une foule de choses belles dans ce livre, quoiqu’il y en ait assez peu de neuves – l’auteur envisage la réincarnation du Christ dans le monde contemporain – (…) une idée vieille comme le monde. Nous-même avons écrit (l’Amour absolu) que, puisque la communion du prêtre renouvelle réellement la Passion et la mort du Christ, on peut imaginer que cette mort doive être précédée d’une vie, et qu’il naisse de par le monde autant de Christs que l’on compte d’hosties consacrées. Et comme il faut que ces Christs s’anéantissent au moment de la communion, ils s’incarnent le plus souvent dans des hommes prédestinés à une mort violente, les grands criminels et les condamnés à la guillotine… – le Christ de M. de Bouhélier est ce que le fait nécessairement la société moderne : anarchiste, et ses disciples sont des compagnons. Il est en outre, et ce ne nous déplaît pas, naturiste, bien entendu, mais naturiste à la façon d’un Dieu immanent. Au moment où la foule grouille autour de lui avec des menaces de lynch, il jouit, ce qui est assez admirable, des mouvements énormes et harmonieux de cette foule, comme de la mathématique des sphères. Les mendiants estropiés apportent des silhouettes tragiques : on remercie ce Christ artiste de s’être gardé, dans l’intérêt du décor, de redresser leurs membres.