Librairie Pierre Saunier

Le Dernier HommeLe Dernier Homme Le Dernier HommeLe Dernier Homme Le Dernier HommeLe Dernier Homme

Grainville (Jean-Baptiste Cousin de).
Le Dernier Homme. Ouvrage posthume.

Paris, Deterville, 1805 ; 2 volumes in-12 reliés en un, demi-veau bleu, dos lisse orné, tranches jaspées. 2 ff., 200 pp. & 2 ff., 175 pp..

3 800 euros.

Édition originale de l’un des livres phares et précurseurs de la littérature conjecturale (Cf. Versins, pp. 374-376)

Un des très rares exemplaires de 1805. La majeure partie de l'édition sera remise en vente en 1811, avec un titre au nom de la librairie Ferra et une préface de Charles Nodier.

A la faveur du développement industriel, agricole et scientifique, les hommes en sont arrivés à bouleverser et détériorer irréversiblement la surface du globe, causant cataclysmes et famines, provoquant la disparition des espèces animales et végétales et l’anéantissement du genre humain. Seuls survivent un homme et une femme, Omégare et Sydérie. Pourront-ils repeupler la planète ?

C’est à Adam d’en décider, après le récit que lui fera le dernier homme… le premier homme apprenant du dernier de quelle épouvantable race il sera le père – et le premier de forcer le dernier à tout détruire. Conception touchante et sublime qui oppose aux beaux jours de la terre naissante, la décadence et les infirmités d’un monde décrépit, les funestes amours de nos derniers descendants aux délices du Paradis, et la fin de toutes choses à leur commencement (Nodier).

Né au Havre en 1746, Jean-Baptiste Cousin de Grainville fut prêtre, poète et philosophe. Au commencement de la Révolution il adhéra à la constitution civile du clergé et se maria en 1793. Sous le Consulat, gagné par les sollicitations de l’évêque d’Amiens, l’abbé reprit la soutane. Mais, haï par ses confrères à cause de son passé, il fut réduit à se faire maître d’école. Accablé de dégoûts et d’infortunes, Grainville se suicida le 1er février 1805, en se jetant dans le canal de la Somme qui coulait au pied de son jardin.

Le Grand Larousse explique ce geste en précisant que Grainville avait été fortement affecté par la mévente du Dernier homme : quarante exemplaires. L’auteur avait-il pressenti cet échec en sous-titrant son dernier livre ouvrage posthume ? En tout cas, c’est grâce à la pertinence d’une étude publiée, en 1810, dans un singulier ouvrage intitulé Horace éclairci par la ponctuation – livre du chevalier anglais Croft –, que Le Dernier homme eut la chance de renaître.

Enthousiasmé à son tour, Charles Nodier compléta sa résurrection d’une très élogieuse préface (pour la remise en vente de 1811, que l’on trouve également sur notre site).