Librairie Pierre Saunier

Mathilde et ses mitainesMathilde et ses mitaines Mathilde et ses mitainesMathilde et ses mitaines Mathilde et ses mitainesMathilde et ses mitaines Mathilde et ses mitainesMathilde et ses mitaines Mathilde et ses mitainesMathilde et ses mitaines

Bernard (Tristan).
Mathilde et ses mitaines. Roman.

Paris, Paul Ollendorff, 1912 ; in-12, plein maroquin nocturne à décor semé d'étoiles, ruelle sombre, lampadaire, baraques et barrières, tête dorée, gardes obscures à la cuve parsemées de croix sanglantes, témoins (ça ne s'invente pas), couverture illustrée et dos conservés  (Marguerite deFelice). 324 pp.

1 500 euros.

Édition originale.

Un des 30 exemplaires numérotés sur Hollande, seul tirage de tête après 3 Japon et 3 Chine.

Dramatique envoi a. s. à Lucien Descaves: Il est dix heure du soir. Le gardien de la paix s'avance lentement sur le bout de la rue du Rocher qui est dans le fond de la scène. Il vient gravement jusqu'à la rampe :

On ne regarde plus les cieux / Depuis la mort de Lamartine / L'humanité baisse les yeux, / Sinon pour voir voler Védrine... / O toi, qui n'as plus de public, / Console-toi, voûte étoilée... / Tu seras du moins contemplée / Par les regards de l'humble flic ! / Et en m'enivrant de tes beautés, nature ! / Je me dis, le cœur  plein de satisfaction : / Ils n'ont pas ces sensations / Dans la brigade des voitures ! (Miss Alice des P.T.T.)

à l'ami Descaves, bien cordialement, Tristan Bernard.

Belle reliure nocturne de Marguerite de Felice.

Professeur à l'école de l'Union des Arts Décoratifs dès son ouverture en 1894, Marguerite de Felice signa ses premières reliures en 1900 - se spécialisant dans ce qu'on appelait alors le "cuir d'art". Elle réalisa elle-même ses extraordinaires papiers à la cuve qui participent à sa réputation. En 1920, elle ouvrit un atelier à Neuilly avec Melle Picard, continuant ses cours à l'école de la rue Beethoven. Elle obtient une médaille d'or à l'exposition des Arts décoratifs de 1925 (Flety, page 70).