Librairie Pierre Saunier

Salon de 1846Salon de 1846 Salon de 1846Salon de 1846

Baudelaire (Charles).
Salon de 1846.

Paris, Michel Lévy frères, 1846 ; in-12, bradel demi-chagrin rouge, dos lisse, filets dorés (reliure d'époque). 132 pp.

5 000 euros.

Édition originale, fort rare.

Le Salon de 1846 a paru au début de mai chez Michel Lévy frères, rue Vivienne. C’est un vrai livre, non plus un catalogue, qui s’ouvre sur une invocation, ambiguë, aux bourgeois ; on a pu dire que c’était un « livre de haute esthétique » (Asselineau dans sa biographie), comme le prouvent les titres des chapitres : Qu’est-ce que le romantisme ? De la couleur, De l’éclectisme et du doute, etc. le dernier étant De l’héroïsme de la vie moderne, où l’on retrouve, développé, le propos des dernières lignes du Salon de 1845.

Le dieu reste Delacroix à qui un chapitre est consacré. Horace Vernet est la bête noire. On est loin de ces répertoires que sont la plupart des Salons. Le livre, non la plaquette, qui ne sera jamais renié par Baudelaire, lequel l’inclut dans tous ses plans d’œuvres complètes, n’a eut de succès que dans le cercle restreint de ses amis ; il a « survécu comme livre d’art à son actualité de critique », écrit Vitu en août 1846 (Dictionnaire Baudelaire, Du Lérot, 2002, p. 428).

Bon exemplaire.