Librairie Pierre Saunier

L’ÉcornifleurL’Écornifleur L’ÉcornifleurL’Écornifleur L’ÉcornifleurL’Écornifleur

Renard (Jules).
L’Écornifleur.

Paris, Paul Ollendorff, 1892 ; in-12, demi-chagrin vert, dos à nerfs, témoins conservés, couverture (reliure d'époque). 313 pp.

3 500 euros.

Édition originale.

Un des 10 exemplaires numérotés sur Hollande, seul tirage de tête.

Le premier grand succès de l’auteur, après quelques années de galères et d’infortune – ouvrage édifiant, plein de cruauté dans l’observation – une phrase solide, comme construite avec des lettres d’enseigne en plomb découpé – foutument vachard et largement inspiré de la vie de l’auteur.

C’est grâce à l’entremise de Tristan Bernard et de Marcel Schwob qu’Ollendorff l’accepta, aucun éditeur n’en avait voulu, à cause de la scène glaçante de l’écornifleur écorniflant la nièce de ses hôtes – chapitre ô combien périlleux pour un éditeur. Ollendorff tenta même de le faire disparaître.

L’accueil enthousiaste de la presse fut pour son auteur étourdissant  : Alphonse Daudet, Goncourt, Scholl, Descaves, Darzens, Mendès ou Marcel Schwob qui tourna la perversité du roman en un dithyrambe audacieux dans le Mercure de mars 1892 : L’Écornifleur est un jeune homme dont le cerveau est peuplé de littérature. Rien pour lui ne se présente comme un objet normal. Il voit le XVIIIe  siècle à travers Goncourt, les ouvriers à travers Zola, la société à travers Daudet, les paysans à travers Balzac et Maupassant, la mer à travers Michelet et Richepin. Il a beau regarder la mer, il n’est jamais au niveau de la mer. S’il aime, il se rappelle les amours littéraires. S’il viole, il s’étonne de ne pas violer comme en littérature (…) Un pouce de plus à son vouloir, et c’est Chambige. Un pouce de moins, et c’est Poil-de-Carotte. Un peu plus d’énergie dans l’action, et il est criminel. Un peu moins d’extériorisation, et le pauvre enfant se plaint de ne pas être compris. (…) La littérature a fait naître des êtres terribles dans les chambres secrètes de son cœur et de son cerveau. Mais il est devenu poète ; et dans ce livre il a tenu jugement de lui-même.

Satisfait des ventes, Ollendorff racheta même à Lemerre les invendus de Sourires pincés pour les relancer dans l’odieux commerce.

Dos un peu bruni.