Librairie Pierre Saunier

Antoine Wiertz. L’époque, l’homme, l’œuvreAntoine Wiertz. L’époque, l’homme, l’œuvre Antoine Wiertz. L’époque, l’homme, l’œuvreAntoine Wiertz. L’époque, l’homme, l’œuvre Antoine Wiertz. L’époque, l’homme, l’œuvreAntoine Wiertz. L’époque, l’homme, l’œuvre Antoine Wiertz. L’époque, l’homme, l’œuvreAntoine Wiertz. L’époque, l’homme, l’œuvre

Potvin (Jules), Wiertz (Antoine).
Antoine Wiertz. L’époque, l’homme, l’œuvre. Vingt et un croquis d’après Antoine Wiertz de Joseph Evrard et vingt et un hors texte. 2e édition.

Bruxelles, Weissenbruch, 1924 ; in-12, plein maroquin grenat, encadrements et fleurons angulaires sur les plats, dos à nerfs orné, tête or, non rogné, couverture conservée (Hoyat & fils). 131 pp. & 22 ff. n. ch.

2 500 euros.

Première biographie du peintre romantique belge Antoine Wiertz (1806-1865) – le philosophe au pinceau, peintre fantasque, exalté et rebelle – écrite par le fils de l’ami intime de Wiertz, Charles Potvin, son légataire universel.

Exemplaire sur grand papier, numéroté 2 et signé par l’auteur (sans plus d’indication).

Il est enrichi d'une esquisse originale à l’huile d’Antoine Wiertz pour son tableau, Le Suicide, conservé au Musée de Bruxelles.

Réalisé en 1854, Le Suicide mesure 1,64 x 1,55 mètres, son esquisse 165 x 115 millimètres. Au premier plan, un homme tombe après s’être tiré une balle dans la tête – la fumée du coup de feu à fait disparaître son visage. Derrière lui, à sa gauche, l’ange du bien drapé de blanc, a joint ses mains en prière sur son visage ; à sa droite, l’ange du mal aux ailes et à la chevelure noires, bombe un torse nu triomphant. Sur la table gît un papier griffonné à la hâte : il n’y a point d’âme, il n’y a point de Dieu !