Librairie Pierre Saunier

Des VisionsDes Visions Des VisionsDes Visions Des VisionsDes Visions Des VisionsDes Visions Des VisionsDes Visions

Olin (Pierre Marie).
Des Visions. Juin 89 – Janvier 91.

Liège, La Wallonie (Presses de Vaillant-Carmanne - 12 avril 1891), 1891 ; plaquette in-8, brochée - couverture en carton vermiculé de Henry Van de Velde  (cartonnage éditeur). 32 pp., 1 f. de table.

2 500 €

Édition originale.

Un des 59 exemplaires numérotés sur Hollande, seul tirage après 1 exemplaire sur Japon.

Envoi a. s. : à Maurice Siville, bien cordialement, P. M. O.

Neveu de l’avocat poète belge Edmond Picard, directeur de l’Art moderne, Pierre Marie Olin est avec Albert Mockel (son condisciple à l’université de droit de Liège) le fondateur directeur de la revue La Wallonie, le relais principal du Symbolisme en Belgique. Mallarmé qui apprécie Olin en fait son guide lors de son invasion du Brabant entier, au printemps 1890, après sa triomphale tournée de conférences en Belgique.

Pierre Marie Olin (1865-1913) ne publia que 3 plaquettes : Mémoires, 1887-1888Les Légendes puériles, illustrée d’ornements de son ami Théo Van Rysselberghe (qui a laissé du poète un magnifique portrait) – et le présent Des Visions que recouvre une étonnante et admirable couverture hypnotique d’Henry Van de Velde. 

Peintre, architecte, décorateur, Henry Van de Velde est, avec Victor Horta et Paul Hankar, un des fondateurs de l’Art nouveau en Belgique. Il excella dans tous les domaines des arts appliqués, meubles, tapis, argenterie, bijoux, tissus, papier et reliure – il dessine les superbes décors, à la ligne pure, des reliures qu’exécute Claessens, reliures exposées à La Libre Esthétique (1894, 1896, 1897), chez Siegfried Bing (1895-1896) pour lequel Van de Velde concevra également les décors du Salon de l’Art Nouveau (décembre 1895), ou à la Wiener Sécession (1898).

Il y a un bien un Maurice Siville (1863-1931) qui fit ses classes poétiques sous le pseudonyme de Pierre d’Amor – parolier, traducteur et adaptateur de textes de chansons ou d’arias français. Roses de Picardie, sa plus célèbre adaptation, sera interprétée plus tard par Tino Rossi puis Yves Montand. 

Des petits manques au dos.

Fort rare.