Librairie Pierre Saunier

Parcelles de Cœur et Feuilles mortes. PoèmesParcelles de Cœur et Feuilles mortes. Poèmes Parcelles de Cœur et Feuilles mortes. PoèmesParcelles de Cœur et Feuilles mortes. Poèmes Parcelles de Cœur et Feuilles mortes. PoèmesParcelles de Cœur et Feuilles mortes. Poèmes Parcelles de Cœur et Feuilles mortes. PoèmesParcelles de Cœur et Feuilles mortes. Poèmes Parcelles de Cœur et Feuilles mortes. PoèmesParcelles de Cœur et Feuilles mortes. Poèmes

Turpin (Georges).
Parcelles de Cœur et Feuilles mortes. Poèmes. Préface de Guillaume Apollinaire.

Paris, L’Édition, 1910 ; in-12, reliure souple à la bradel, tissu damassé jaune orné de fleurs bleues, non rogné, couverture conservée (AlidorGoy). 80 pp.

800 €

Édition originale, fort rare, du premier livre de l’auteur.

Envoi a. s. : à Maurice Duflon, au typographe et à l’ami des poètes, ce livre de jeunesse que Guillaume Apollinaire préfaça. En toute sympathie. Georges Turpin.

Turpin rencontra Apollinaire durant la conférence que celui-ci donnait sur la Poésie Symboliste au Salon des Artistes Indépendants, en 1908 – conférence qui constitue, en 1909, le premier livre d’Apollinaire, publié par le même éditeur que celui de Turpin.

Les Parcelles du Cœur sont dédiées au futur poète d’Alcools qui l’en remercie dans sa courte préface : (…) vous êtes un arbre toujours en automne, et les poèmes sont les feuilles mortes dont vous jonchez votre vie. Vous avez raison de recueillir cette précieuse feuillée et de la joindre à ces morceaux pleins de sentiment dans lesquels vous livrez votre cœur en détail. De telles reliques, les jeunes poètes ont le droit de les conserver et nul doute que l’avenir n’honore grandement le bois sacré où feuillole la frondaison de l’arbre que vous êtes, et la châsse où repose ce cœur qui s’est brisé.

On sait combien Apollinaire vénérait l’automne…

Littérateur et critique d'art, Georges-Louis Turpin (1885-1952) fut lauréat des prix Frantz-Jourdain et Monthyon de l'Académie française. Il a aussi été membre du Conseil d'administration du Salon d'automne et directeur de la revue Arthénice (La Presse).

Ravissante reliure.