Librairie Pierre Saunier

Théophile GautierThéophile Gautier Théophile GautierThéophile Gautier Théophile GautierThéophile Gautier Théophile GautierThéophile Gautier

Baudelaire (Charles).
Théophile Gautier. Notice littéraire précédée d’une lettre de Victor Hugo.

Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1859 ; in-12, bradel percaline de soie blanche glacée, pièce de titre en long de maroquin noir, non rogné (F. N.Behrends). III & 68 pp. non compris le frontispice.

1 800 €

Édition originale tirée à 500 exemplaires.

Le frontispice de Thérond est exceptionnellement en double état, noir et bistre avant la lettre.

L’étude parut dans l’Artiste le 13 mars 1859, sans la célèbre préface de Victor Hugo « … Vous dotez le ciel de l’art d’on ne sait quel rayon macabre. Vous créez un frisson nouveau (…) Et quant aux persécutions ce sont des grandeurs – Courage ! » – dans la revue, l’étude était – dixit Baudelaire – complétée d’une excellente gravure (de Bracquemond). Elle fut abandonnée pour l’édition en volume et remplacée par celle de Thérond – Poulet-Malassis n’eut pas le temps ni, sans doute, l’envie de modifier le texte en conséquence, Thérond se trouve ainsi gratifié (page 19) du compliment destiné à Bracquemond (Launay, 94).

Bel et ravissant exemplaire relié au chiffre G. M. (ou inversement) : Gustave Malher pour Pascal de Sadeleer, Gustave Mouravit pour Jean-Baptiste de Proyart, Germaine Menthalo pour Thierry Corcelle… et pourquoi pas Gustave Mathieu (chantre du vin, marin et poète, en 1873, des Parfums chants et couleurs) ? – ça nous apprendra à leur payer la bouteille, foutus experts !