Librairie Pierre Saunier

Fils d'étoileFils d'étoile Fils d'étoileFils d'étoile

Madeleine (Jacques).
Fils d'étoile.

Paris, Bibliothèque Charpentier, 1891 ; in-12, bradel demi-percaline bordeaux (reliure d'époque). 281 pp.

320 euros.

Édition originale.

Envoi a. s. : à Georges Courteline son vieil Jacques Madeleine.

On a également joint une belle carte a. s. de Marcel Schwob (9 x 11, 5 cm, recto-verso), félicitant Jacques Madeleine pour cet ouvrage :

(...) vous avez touché là quelques unes des choses les plus difficiles sans doute en littérature, avec un rare bonheur, et vous avez tout dit, sans réalisme pénible.

J'ai songé parfois au Maxime de la Curée - toujours en trouvant Stéphane supérieur d'intensité. J'ai songé aussi à la dernière pièce de Wolff, dont votre conclusion se rapproche, et il me paraît que la douleur de Lucienne est plus grande et l'oubli plus vrai. Je n'ose vous parler de la forme - qui est si exquise. Mais il y a dans votre volume des pièces toutes faites et où l'outrage aux mœurs donnerait une bien aimable comédie; n'y songez-vous pas? (...)

Quant au conte de la Rose, je l'ai relu ces jours-ci, avec une impression de fraîcheur aussi pénétrante que la première fois (..)

Pseudonyme de Jacques Normand, poète, romancier, érudit (spécialiste de littérature française des 16e et 17e siècle), Jacques Madeleine (1859-1941) fut le secrétaire des éditions Fasquelle. Avec Courteline, il fonda et dirigea la revue "Paris moderne" éditée par Léon Vanier dans les années 1880.

Un accroc à la coiffe.